IMG_0054

Ce qui devait se passer VS Ce qui s’est finalement passé

Ce qui devait se passer

Ils avaient prévu un temps agréable, quelques éclaircies et 17 degrés à l’ombre. Ca allait faire du bien après la grisaille qui avait value à mon fils un bon gros rhume et une sale toux.

C’était mercredi, mon grand n’avait pas école l’après-midi, du coup après la sieste j’avais prévu une bonne ballade dans le bois à nourrir les canards et jouer au ballon avant le RDV chez le pédiatre pris volontairement en fin d’après-midi pour passer une journée sympa avant! Malinx le lynx! 

Le matin, j’avais prévu de passer faire des petites courses après avoir déposé le grand à l’école et de préparer le diner pendant la sieste de mon bébé (qui n’avait pas encore de place en crèche), pour que le soir, nous puissions rentrer gaiement en voiture en chantant des chansons et jouer un petit peu sans stress avant le diner…

Le pain rassis était même prêt dans le sac à langer pour les canards!


Mais… le sort en avait décidé autrement!


ce qui s’est finalement passé

7h45, Catherine Laborde nous avait menti,  je me réveille (si tant est qu’on puisse appeler ça un réveil quand on a  dormi par épisodes de 38 minutes maximum car bébé malade) bref, je me réveille sous la grisaille et la pluie.

Petit déjeuner, on habille bien chaudement tout le monde, doudoune chancelière la totale pour affronter les 10 degrés qui devaient initialement venir plus nombreux.

On dépose le grand, mais faute de protection pluie pour la poussette on rentre vite en courant à la maison du coup pas de courses. PREMIER DECONVENUE.

Nous arrivons à la maison et bébé s’est endormi sous le doux bercement de mon sprint sur les pavés pour éviter d’être trempée. Un dilemme s’offre à moi, que faire? Si je le laisse dans la poussette avec la chancelière et la doudoune il va se déshydrater et si je le sors, je connais mon fils il va se réveiller. J’ai hésité à mettre la poussette sur le balcon puis m’y résigne. J’essaie de le mettre au lit pour pouvoir avancer sur mon programme. Sans stupeur, il se réveille et ne veut plus se rendormir. Je tente quand même de préparer le diner et le repas du midi mais vu que je n’ai pas fait de courses le super menu plein de légumes vitaminés devient alors des pâtes au ketchup.( Y a plus de ketchup). SECOND DECONVENUE

11H10 Bébé n’a pas dormi et est très énervé, je ne me suis pas lavée et suis donc également énervée (et sale). Bon c’est pas grave on profitera de la sieste de l’après-midi.

On va chercher le grand à l’école, on mange les pâtes au Ketchup ,  puis arrive l’heure libératrice de la sieste attendue comme le messie par une maman qui est a bout. Ils s’endorment, le calme envahit la maison je m’assois et les muscles de ma nuque commence à se délier quand soudain DRIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNGGGGGGGGGGGG l’interphone horrible de ce nouvel appartement qui fait pleurer mes enfants à chaque fois, retentit pendant 10 secondes comme si le visiteur avait oublié de retirer son doigt.

-Le grand:  MAMAAAAAANNNN

-Le petit: OUIIIIIIINNNNNN 

-Moi: Oui??!!!

-Le co****** de la poste :  Vous ne savez pas ou est monsieur X ? 

Je raccroche parce que les deux hurlent et que je vais l’insulter, je récupère mes enfants dans leur lit et sort sur la balcon, les cheveux en l’air et un bébé qui pleure dans les bras, en insultant le facteur qui m’a pourri ma vie (oui à cet instant précis, sans recul aucun  sur ce que je vis,  je trouve ma vie pourrie).

Plus personne ne dort, il pleut donc pas de canards. Allez ma grande on les occupe jusqu’à l’heure du pédiatre (là je regrette d’avoir pris RDV si tard). Arrive l’heure du pédiatre, ils sont habillés, le téléphone sonne, la sécurité sociale avec qui j’ai un problème administratif depuis des mois et que bien sur j’en ‘arrive jamais à joindre, a décidé de m’écouter. Je déballe mon histoire tout en gardant un oeil sur la marmaille, on me passe un autre service, –une chaussure a sautée– j’explique à nouveau, il comprend pas- le sac à langer est renversé et le pain des canards entamé- j’explique à nouveau- je descelle une tête de grosse commission chez bébé- je continue de parler – l’horloge tourne c’est l’heure du RDV je suis en retard – il m’explique qu’il me manque 136 documents déjà envoyés mais qu’ils n’ont pas reçu- la couche a fui-.

 

Je pleure. 

 

Y en a sur la poussette – il est mal à l’aise et me dit qu’on va trouver une solution- je pleure toujours je suis de plus en plus en retard – embarrassé il retrouve finalement les papiers qu’il manquait et débloque mon dossier – Je pleure toujours-  Il raccroché je l’ai saoulé.

Je change bébé, lave la poussette, on arrive chez le pédiatre avec 26 minutes de retard, le pédiatre en a 40 sur ses consultations de la journée. On rentre on mange un sandwich devant la télé et on s’endort dans mon lit.

 

Depuis, je programme plus rien.

 

Et chez vous ça se passe comment?

3291294048_1_3_bHsdAb0c

et vos enfants aussi .

Une réflexion sur “Ce qui devait se passer VS Ce qui s’est finalement passé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *